Équipe 5 : Plasticité gliale et neuro-oncologie

Institut de Biologie Paris Seine

Pr Hervé Chneiweiss

On pense que la croissance et la résistance à la thérapie des gliomes de haut grade sont dictées par les cellules souches de gliome (GSC) qui alimentent la tumeur et contribuent à ses récidives.

Une solution pertinente pour cibler les GSC consiste à forcer leur sortie de l’état de tige et à empêcher d’autres cellules tumorales d’acquérir des propriétés de tige. Dans ce contexte, nous avons caractérisé les GSC de gliomes de haut grade adultes et pédiatriques, et identifié des composés toxiques pour les GSC mais sans effet sur les cellules souches neurales humaines.

Nous avons découvert des interactions bidirectionnelles des CGC avec leur micro-environnement, et des micro-ARN qui déclenchent la perte de leurs propriétés. Le profilage moléculaire des CGC forcées de sortir de l’état souche a révélé une reprogrammation inattendue dans des réseaux complexes rassemblant des métabolites, des régulateurs de l’épigénétique et des facteurs de transcription. Nous nous concentrons actuellement sur les conséquences fonctionnelles de ces reprogrammations sur la structure de la chromatine et le comportement ultérieur des CGC, y compris leur interaction avec l’environnement. En parallèle, nous développons des outils moléculaires pour surveiller les changements in vivo dans les états fonctionnels des cellules au cours du développement des tumeurs.

 

Site internet : http://www.ibps.upmc.fr/fr/Recherche/umr-8246/plasticite-gliale

Affiliations : UMR_S UPMC/inserm1130/ CNRS UMR8240 Neurosciences Paris Seine

Contact : herve.chneiweiss@inserm.fr