Équipe 10 : Les chimiokines dans les pathologies inflammatoires

Centre d'Immunologie et des Maladies Infectieuses (CIMI Paris)

Pr Christophe Combadière et Philippe Deterre

L’inflammation est une réaction immunitaire commune à de nombreuses pathologies humaines. L’une de ces principales caractéristiques est le déploiement de cellules immunitaires au niveau du site lésionnel. Nos travaux portent sur les mécanismes modulant cette redistribution. Leur enjeu à long terme est l’identification de molécules susceptibles de bloquer spécifiquement la redistribution des sous-populations cellulaires induisant les processus pathogéniques tout en maintenant intacte les processus de migration et d’activation des leucocytes responsables de l’immunité protective.

Les chimiokines (CK) sont des médiateurs de l’inflammation et de l’immunité qui permettent non seulement une migration rapide et coordonnée des leucocytes en réponse à des signaux de dangers mais aussi contrôlent diverses fonctions cellulaires immunitaires. Les CK et leurs récepteurs (CKR) sont cruciaux dans la réponse inflammatoire et sont ainsi des cibles prioritaires pour l’industrie pharmaceutique.

Notre programme de recherche vise à établir les preuves que les thérapies basées sur les CK constituent une excellente stratégie pour les traitements des maladies inflammatoires. Notre démarche s’appuie sur quatre axes de travail :

  • l’analyse des relations structures/fonctions des CK et CKR inflammatoires,
  • des études ex vivo qui déterminent les rôles des CK/CKR sur des sous-populations leucocytaires dans les pathologies humaines,
  • des études in vivo qui analysent les rôles des CK/CKR dans des modèles murins de pathologies inflammatoires, et
  • le développement d’outils thérapeutiques basés sur les structures des CK/CKR et leurs intéractions.

Ce programme de recherche s’inscrit dans une démarche allant de l’analyse moléculaire à la valorisation de nouveaux outils thérapeutiques en démontrant la pertinence des traitements chimiokiniques dans des modèles murins précliniques. Il s’appuie sur la découverte de petits peptides antagonistes qui ont déjà démontré leurs fortes capacités à limiter l’infiltration monocytaire dans différents organes.

 

Site internet http://www.cimi-paris.upmc.fr/fr/les-equipes/les-chimiokines-dans-les-pathologies-inflammatoires.html

Affiliations : UPMC/Inserm UMR_S1135 centre de recherche en Immunologie et Maladies Infectieuses

Contact : Christophe.combadiere@upmc.fr